Régulation H-V

Régulation horizontale passive H

Dans les constructions actuelles, les transferts d’humidité s'effectuent horizontalement au travers des murs des bâtiments :

  • De l'intérieur vers l'extérieur en saison froide
  • De l'extérieur vers l'intérieur en saison chaude

La réduction des risques de condensation de vapeur dans les murs et dans leur isolation thermique est obtenue au moyen d'écrans spécifiques destinés à cet usage et disponibles sur le marché : pare-vapeur, freine-vapeur, freine-vapeur hygrothermique. Les valeurs de résistance à la diffusion de vapeur des écrans à utiliser sont à déterminer dans chaque cas de réalisation en fonction des caractéristiques des matériaux des murs et des isolants thermiques pour que la pression partielle de vapeur d'eau reste toujours inférieure à la pression de vapeur saturante en tous points dans ces matériaux. Avec ces écrans, on réalise donc une "régulation horizontale passive H" des transferts de vapeur d'eau.

Régulation verticale active V

Dans les murs humides du bâti ancien, la teneur massique en eau est de l'ordre de 5 à 10% et peut même atteindre localement 15 à 20%. Une isolation thermique posée directement sur ces murs deviendrait elle-même humide à leur contact et ne serait pas durable. Il faut donc créer un espace tampon avec une lame d'air de faible épaisseur pour constituer une séparation entre l'isolation thermique et le mur humide.

La pression partielle de la vapeur d'eau dans cet espace tampon est fonction des flux de chaleur et de vapeur d'eau qui y transitent. En particulier, l'évaporation de l'eau des remontées capillaires a pour conséquence d'accroître la pression partielle de vapeur d'eau dans l'espace tampon, ce qui a pour effet d'augmenter les risques de condensation dans les matériaux d'isolation (et dans les matériaux du mur au-dessus de remontées capillaires).

Le balayage AÉRAULEC de l'espace tampon avec de l'air prélevé à l'extérieur permet de réduire la pression partielle de vapeur d'eau dans cet espace et d'éliminer ainsi les risques de condensation dans les matériaux. Avec le système AÉRAULEC, on réalise donc une "régulation verticale active V" des transferts de vapeur d'eau.

Régulation H-V

En associant les effets des écrans de type freine-vapeur et du balayage AÉRAULEC, on dispose d'un moyen radical de régulation de l'ensemble des transferts hydriques horizontaux (H) et verticaux (V). C'est la régulation brevetée AÉRAULEC H-V. Cette régulation est indispensable pour réussir la rénovation énergétique durable des bâtiments anciens avec murs humides. Son domaine d'application peut s'étendre à tous les cas de rénovation du bâti ancien avec murs humides :

  • Locaux : rez-de-chaussée, entre sol, sous-sol
  • Avec isolation thermique : ITI, ITE, ITE et ITI
  • Ou même sans isolation thermique, avec plaques de doublage

Rafraîchissements par évaporation

Un autre avantage offert par l'utilisation de la régulation AÉRAULEC H-V est la possibilité de produire des rafraîchissements par évaporation en saison chaude pour le confort d'été.

Calculs et modélisation des transferts d’humidité dans les murs

Les calculs et la modélisation des transferts d’humidité dans les murs sont réalisés en régime stationnaire avec des hypothèses simplificatrices au moyen du logiciel spécifique AÉRAUMOD.

Acquisition des données

  • Caractéristiques relatives aux matériaux des murs et de l’isolation thermique :
    • Caractéristiques thermiques (λ, résistance Rt)
    • Caractéristiques de transfert à la vapeur d’eau (µ, perméance)
    • Épaisseur des différents matériaux
  • Données environnementales nécessaires :
    • Intérieures (températures, humidité)
    • Extérieures (données climatiques saisonnières)

Fonctions

  • Modélisation des transferts d’humidité dans les matériaux des murs et de l’isolation thermique
  • Établissement des diagrammes saisonniers de pression de vapeur dans les matériaux (pressions de vapeur saturante et pression partielle de vapeur d’eau)
  • Détermination des spécifications de la régulation AÉRAULEC H‑V :
    • Régulation H : écrans freine-vapeur
    • Régulation V : balayages AÉRAULEC

Isolation thermique intérieure (ITI)

Avec régulation horizontale passive H (sans AÉRAULEC)


HIVER


ÉTÉ

  • Sans remontées capillaires, les courbes de la pression partielle de vapeur d’eau (sans RC) et de la pression de vapeur saturante (Pvsat) sont séparées, il n’y a pas de condensation dans les matériaux
  • Avec remontées capillaires, les courbes de la pression partielle de vapeur d’eau (avec RC) et de la pression de vapeur saturante (Pvsat) sont concourantes. La régulation H réalisée avec un freine-vapeur (Sd = 10 m) ne permet donc pas d’éviter la condensation dans les matériaux

Avec régulation AÉRAULEC H-V


HIVER


ÉTÉ

  • Avec remontées capillaires, les courbes de la pression partielle de vapeur d’eau (avec RC) et de la pression de vapeur saturante (Pvsat) sont séparées. La régulation H-V réalisée avec un freine-vapeur (Sd = 10 m) et le balayage AÉRAULEC empêche la condensation dans les matériaux

Conclusion

Pour empêcher la condensation dans les matériaux :

  • En l’absence de remontées capillaires, la régulation H seule suffit (écran freine-vapeur)
  • En présence des remontées capillaires, la régulation H-V est indispensable (écran freine-vapeur et balayage AÉRAULEC)